Sophismes et stratagèmes

Qu’est-ce qu’un sophisme ?

« Sophisme, le mensonge de la logique. »

Philosophie prose, Victor Hugo

1 : Qu’est-ce qu’un sophisme, d’où vient ce mot ?

Ce mot m’était encore inconnu il y a quelques années, pourtant il se faisait déjà ressentir partout autour de moi, sans que je le sache.

Un sophisme est un argument fallacieux, une erreur de raisonnement volontaire ou non, un raisonnement qui semble logique mais ne l’est qu’en apparence. Si je vous dis qu’actuellement il fait chaud et qu’il fait chaud en été, donc nous sommes en été, c’est un sophisme. Il fait souvent chaud en été mais l’été n’est pas la seule cause de la chaleur. Il peut faire chaud à côté d’un feu ou du radiateur. Il est donc un peu rapide de s’avancer sur le fait que chaleur = été. 

Nous faisons tous des sophismes régulièrement, cela est parfois utile, mais parfois cela limite nos capacités de réflexion et nous éloigne de la vérité

Il vient d’où ce nom bizarre ?

Le nom de “sophisme” vient des “sophistes”, étymologiquement liés à “sophia”, la sagesse. Les sophistes étaient des hommes sages, qui détiennent un savoir et qui vivaient pour la plupart à Athènes à l’époque de Platon, Socrate et Périclès (Ve siècle avant notre ère). C’était un peu des grands professeurs que l’on payait pour qu’ils transmettent leur savoir

Si ce sont des sages, pourquoi leur nom est-il lié à une erreur de raisonnement ? N’était-il pas censé être les exemples mêmes d’un raisonnement parfait ? 

Si bien sûr, leur réputation était semble-t-il très bonne de leur vivant, mais l’image que nous en avons a beaucoup été influencée par Platon dont les écrits ne sont pas très élogieux à l’égard des sophistes, bien au contraire. Dans ses dialogues, Platon met en scène Socrate qui discute avec des sophistes. Les sophistes sont montrés comme ceux dont le raisonnement est truffé de fautes logiques et Socrate comme celui venant leur montrer la vérité.

Si l’on se base uniquement sur Platon, les sophistes n’étaient que des charlatans au raisonnement fallacieux, qui savaient simplement se montrer convaincant. Les sophistes ont donc été associés à ces fautes logiques et à la volonté de convaincre, persuader et non d’atteindre la vérité. Un sophisme est donc une erreur de raisonnement que l’on emploie dans le but de persuader quelqu’un.

2 : Justice ou intérêt personnel ?

Mon conseil, si vous utilisez des arguments incorrects, serait de les utiliser pour faire le bien autour de vous, d’inciter vos proches à prendre la bonne décision, pas pour vos intérêts personnels. Mais bon, personne n’écoute cela ou du moins jamais complètement. 

Dans le Gorgias, chapitre 1 partie B, Socrate et Gorgias se mettent d’accord sur le fait que la rhétorique doit être utilisée pour inciter les citoyens à faire ce qui est juste et non pour satisfaire ses intérêts personnels. Les exagérations, raccourcis logiques ou la suppression de certaines informations doivent être utilisés pour persuader de faire le bien. La rhétorique doit alors servir à inciter un patient à prendre ses médicaments mais pas à inciter quelqu’un à nous donner de l’argent ou nous rendre un service que nous ne méritons pas. 

Mais vous vous en doutez, peu de gens utilisent la rhétorique et les sophismes de cette façon. Le juste et l’injuste n’ont pas grande importance pour celui qui veut satisfaire ses intérêts personnels. 

3 : Vos adversaires ne pensent pas comme ça…

Le monde est gouverné par l’intérêt personnel !

Malheureusement la majorité des personnes ne pensent pas de façon aussi juste que Socrate et n’utilisent pas les stratagèmes et les sophismes toujours pour faire le bien, au contraire. Chacun pense à son petit ego et à ses intérêts personnels. Ceux avec qui vous allez avoir des débats ne vont sûrement pas se soucier d’inciter à la justice, d’atteindre la vérité ou vous rendre meilleur. Ce qu’ils veulent c’est donner l’impression d’avoir raison, gagner le débat et s’en aller victorieux.

Vous et moi détestons savoir avoir raison et ne pas comprendre comment l’adversaire semble nous avoir berné avec son raisonnement.

Cela se voit et se sent qu’il y a un souci, mais nous ne sommes pas capables de dire quoi et nous ne pouvons réfuter notre interlocuteur, c’est rageant. Si j’ai créé ce blog, c’est en partie pour vous apprendre à ne plus vous faire avoir, à comprendre comment les sophismes et stratagèmes fonctionnent pour mieux contrer les personnes mal intentionnées dont l’habile discours nous fait défaut à tous. Et ainsi à se débarrasser de cette sensation horrible de frustration.

Il faut se défendre !

4 : Repérer pour mieux contrer.

Comment repérer un sophisme ?

Il faut les apprendre, pas par cœur ne vous inquiétez pas. On ne va pas s’amuser à apprendre le nom, la structure, les exemples de tous les sophismes si vous débutez. Le plus important est de comprendre l’erreur dans un sophisme, quel est l’élément exagéré, le raccourci logique, l’information qui manque. Il faut comprendre où est l’erreur.

Lorsque vous repérer l’erreur, vous ne savez peut-être pas de quel sophisme il s’agit, dans quel but il a été utilisé, mais vous comprenez ce qui cloche ! Vous saurez alors bien plus facilement contrer ce mauvais argument.

Comprendre ce qui ne va pas dans un raisonnement fallacieux permet de gagner beaucoup de temps, il est intéressant de connaître les noms des sophismes, divers exemples ou façon de les appliquer, mais le point crucial est de comprendre où se trouve l’erreur. Il existe de nombreuses sortes de sophismes, des exagérations, des diversions, des retournements de situations, des problèmes de cause à effet, etc. Apprenez plutôt à comprendre à quel type de sophisme vous avez affaire avant d’essayer de savoir exactement duquel il s’agit.

Parfois, l’ennemi n’est autre que soi-même

Nous détestons nous tromper, avoir usé d’un sophisme sans s’en rendre compte et comprendre trop tard notre erreur ! Vous devez vous défendre contre vous-mêmes. Ne plus se faire avoir par son adversaire c’est aussi commencer par corriger ses propres erreurs. Connaître et savoir repérer les sophismes permettent également de ne plus en faire sans s’en rendre compte et d’ainsi gagner en crédibilité.

Ne vous découragez pas à chaque fois que vous faites un sophisme non voulu, au contraire, apprenez de vos erreurs. Si vous réussissez à repérer une erreur de raisonnement chez vous, c’est déjà une grande avancée, beaucoup mieux que de ne jamais en repérer aucun. Plus vous arrivez à les voir en vous-mêmes, moins vous en ferez et plus vous les verrez chez les autres également !

Ce qu’il faut retenir :

-Un sophisme est une erreur de raisonnement faite inconsciemment ou non, souvent dans le but de persuader.

-Le mot sophisme vient des sophistes de Grèce antique dont l’image que nous en avons à travers Platon est celle de charlatans qui ne détiennent pas le savoir mais l’art de faire semblant de l’avoir.

-Les sophismes peuvent être utilisés pour faire le bien, inciter à la justice comme pour faire le mal et inciter à l’injustice. Ne croyez pas trop que les humains suivront le plus souvent ce qui est juste.

-Le point crucial est de repérer l’erreur dans le raisonnement.

-Il faut se défendre face aux tentatives de persuasion par l’utilisation des sophismes ainsi que corriger ses propres erreurs, se défendre face à ses propres sophismes. 

-Pour mieux contrer les sophismes, il faut les connaître, comprendre comment ils fonctionnent. Ils ne sont pas compliqués à comprendre bien au contraire, ces mauvais arguments sont seulement très nombreux. 

Les erreurs à éviter : 

-Croire que tous les raisonnements sont des sophismes ; heureusement ce n’est pas le cas.

-Un raisonnement est fallacieux dans certains contextes et correct dans d’autres, attention à ne pas généraliser et crier au sophisme à cause d’une structure de raisonnement similaire à un sophisme dans un contexte différent.

-Se décourager. Cherchez, vous trouverez. Les sophismes sont nombreux mais loin d’être très compliqués à comprendre, une fois que vous avez repéré un sophisme et sa façon de fonctionner, vous allez le repérer presque à chaque fois, si vous évitez les erreurs précédentes. 

Défendez vos idées ! 

Jean. 

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *