Interrogations philosophiques diverses

Platon était-il féministe ?

Cet article se base principalement sur le livre V de la République de Platon. Les œuvres de Platon se présentent sous la forme de dialogues entre Socrate et d'autres personnages : des sophistes, des élèves ou des amis.

1 : La place des femmes à l’époque de Platon

Dans la grecque antique, vers le Vè siècle avant notre ère ( Platon est né en 428 av JC et meurt en 348 av JC), les femmes étaient pour la majorité au foyer, avaient peu de privilèges et rarement un statut ou rang élevé dans la cité. Les affaires de la cité étaient et devaient rester gérées par des hommes. L’autorité et les affaires publiques revenaient aux hommes et le foyer aux femmes.

Mais il existait des femmes d’exception comme Aspasie : fille d’Axioche, née dans la ville de Milet en Asie mineur, actuelle Turquie. Aspasie arrive à Athènes vers 445 av. J.-C. et se répand vite dans la société. Elle est reconnue pour sa beauté mais surtout son intelligence, elle est forte en débat et à l’oral. Aspasie obtient rapidement le respect de Socrate puis Périclès dont elle devient la femme.

Mais les femmes de son genre sont rares, pourtant paradoxalement il existe plusieurs déesses vénérées comme Héra déesse du mariage, Aphrodite déesse de la beauté, de l’amour et du désir ou encore la célèbre Athéna, déesse de la sagesse, du raisonnement et de l’intelligence, et bien d’autres !

Dans l’épopée homérique, les femmes sont souvent sur le devant de la scène. En tant qu’épouse, reine ou maîtresse de maison. Malgré cela les femmes, quel que soit leur statut, restent avant tout soumises aux hommes.

La femme athénienne est une éternelle mineure d’âge, qui ne possède ni droits juridiques, ni droits politiques. Toute sa vie, elle doit rester sous l’autorité d’un tuteur : son père, son grand-père, son mari, son frère etc.

2 : Le projet de Platon

Dans la république, œuvre majeure de Platon, le but est de trouver ce qu’est la justice, ce qu’est un homme juste au travers de ce que serait une cité juste. Tout au long de l’ouvrage ils établissent les différents critères qui permettent que la cité soit la plus juste possible.

Le principe platonicien de la société juste est assez simple : c’est un principe qui propose la division et la distribution des fonctions sociales en fonction des talents naturels de chacun. Il faut que chaque citoyen soit affecté à la tâche sociale à laquelle il est le plus adapté par nature. En gros pour que la cité fonctionne bien il faut que chacun exerce dans le domaine où il est le meilleur. Le but est d’exploiter les potentiels de chacun au maximum.

Ainsi chacun pourra au mieux profiter du travail de chacun, en contrepartie du travail qu’il fait pour les autres, ils pourront donc tous pourront jouir de cette optimisation de la cité.

Une société est juste quand elle est organisée de telle sorte que les personnes possédant une haute intelligence et une éducation appropriée soient affectées à gouverner, que celles ayant un fort caractère soient affectées à la défense et à la guerre, et que celles qui sont douées pour la production et le commerce soient éduquées et affectées à ces tâches.

3 : Et les femmes dans tout ça ?

Au livre V de la République, il est expliqué que la femme n’a pas moins de potentiel que l’homme, que ça soit dans les taches traditionnellement réservées aux hommes que celle traditionnellement réservées aux femmes, et que leur seule différence principale est une différence physique : que l’homme féconde et la femme est fécondée et donc enfante et la différence de force en général.

Les femmes et hommes doivent donc recevoir le même type d’entrainement et d’éducation. Il serait dommage de laisser passer des potentiels de bons dirigeants, soldats ou artisans sous le seul prétexte que ce sont des femmes.

Certaines femmes sont plus intelligentes que certains hommes, certaines ont plus de caractères que certains hommes, et certaines sont de meilleures productrices et commerçantes ; tandis que d’autres hommes sont meilleurs que certaines femmes dans l’un ou l’autre de ces domaines. Ainsi Platon suggère de donner bien plus de droits aux femmes que ce qu’il n’est actuellement possible pour elles dans la société athénienne.

Les hommes supposent que ces femmes sont plus utiles au foyer mais le problème est que si on leur interdit de développer d’autres compétences, on leur donne pas la même éducation, on ne les formes pas, on ne saura jamais ce qu’elles valent réellement et ce qu’elles peuvent apporter à la cité de bénéfique.

Les femmes doivent également être jugées de la même façon que les hommes. Que ça soit pour leurs crimes ou pour les éloges. Elles sont donc l’égale des hommes devant la loi. Fini la tutelle.

Platon paraît jusqu’ici féministe, ce qu’il propose pour les femmes est tout à fait nouveau et étonnant pour son époque.

4 : Différences psychologiques ?

Bien que Platon considère que des femmes peuvent avoir un potentiel égal voire meilleur que celui de certains hommes, les différences physiques ne semblent finalement pas être les seules.

De plus, il sera bon que le législateur établisse séparément quels chants conviennent aux hommes et aux femmes, en faisant une division approximative entre eux… et tandis qu’il lui faut fixer à la fois les paroles et la musique pour les deux types de chants tels qu’ils sont définis par les différences naturelles entre les sexes, il doit aussi clairement déclarer en quoi consiste le type féminin. Maintenant nous pouvons affirmer que ce qui est noble et fait preuve de courage est masculin, tandis que ce qui est plutôt enclin à la belle ordonnance et à la modération doit être regardé comme féminin aussi bien dans la loi que dans nos façons de parler


Les Lois, 802e

Mais quand un chagrin personnel survient à l’un d’entre nous, as-tu remarqué que nous nous targuons du contraire, c’est-à-dire de nous montrer capables de demeurer calme et de l’endurer, parce que cette attitude est celle d’un homme, alors que l’autre, celle que nous louions à l’instant, convient à une femme.

La République, livre X

Bien qu’il y ait une égalité devant la loi, il semble que Platon pense qu’il y a des inégalités par nature, en dehors de la force physique et du fait que la femme est fécondée et l’homme féconde. Des différences psychologiques donc. Des différences plutôt classiques : les hommes sont courageux mais cela peut mener à des excès et à la témérité alors que les femmes sont plus modérées, plus calme, plus douces mais moins courageuses.

En gros les hommes doivent se relever plus fort de leur chagrin au lieu de se lamenter, ce qui est plutôt une attitude de femme de pleurer sur son sort au lieu d’agir. Les femmes sont moins capables de se relever dans l’adversité selon notre cher Platon. Il paraissait bien féministe pour son époque jusqu’ici mais pas sur que ce genre de propos fasse l’unanimité aujourd’hui.

Ces différences sont-elles biologiques ? Naturelles ?

Platon associe des qualités à la féminité et d’autres à la masculinité. Il ne dit pas explicitement que c’est associée par nature au féminin ou au masculin ou si c’est un pure produit de la société, une construction sociale. On peut supposer que cela relève de qualités naturelles pour Platon. Il semble plutôt être dans cette optique là. Les différences psychologiques innées entre hommes et femmes sont discutées par le féminisme aujourd’hui, pas sûr que Platon soit totalement féministe alors.

5 : L’éducation des femmes

L’éducation a une place très importante pour Platon dans la République. Les jeunes doivent être éduqués aux bonnes valeurs pour perpétuer la justice et la grandeur dans la cité. Il faut les éduquer correctement au raisonnement, à la sagesse, à la justice, au courage, à la modération etc. Cela se fait beaucoup par le sport et par la musique.

Il est dit explicitement au livre V que les femmes s’exerceront à la gymnastique et à la musique de la même façon que les hommes. Elles exerceront la gym nues, comme les hommes qui pratiquent déjà le sport nus. Cela ne doit pas poser de problèmes ! Platon revient dans la course pour la cause des femmes.

Celui qui se moquera de la femme nue pendant le sport se trompe, c’est lui que l’on devrait moquer. De la même façon que l’on se moquerait aujourd’hui du macho qui pense que la femme est incapable au lieu de se moquer de la femme qui essaye de faire une tâche habituellement masculine.

Platon fait dire à Socrate une phrase très belle qui devrait beaucoup plaire aux femmes :

“les femmes des gardiens se dépouillent de leurs vêtements, puisqu’elles se couvriront d’excellence au lieu de manteaux”.

La république, livre V, 457a

Voilà un bien bel éloge des femmes ! Nous pouvons penser qu’il ne peut combattre pour la cause des femmes après cela. Malheureusement pour le combat féministe, cette citation est précédée de celle-ci :

“la femme participe à toutes les occupations, les hommes participes à toutes également, mais dans toutes ces activités, la femme est un être plus faible que l’homme”

République, Livre V, 455d-e.

Suite à cela, Platon propose que les femmes exercent les mêmes tâches mais avec un volume d’entraînement moins grand à cause de leur faiblesse. Par contre une fois l’entraînement de jeunesse terminé et qu’on a pu déterminer leur potentiel et ce à quoi leur nature est la plus apte. Platon pense ceci :

« Si les femmes devraient faire le même travail que les hommes, nous devons leur enseigner les mêmes choses »

République, Livre V,

Comme à l’université de nos jours. Les jeunes hommes et femmes vont apprendre la même chose lorsqu’ils sont voués à faire le même métier. C’est quelque chose d’évident pour nous mais qui semble plutôt nouveau pour l’époque de Platon, ou en tout cas, différent du système dans lequel il vit.

6 : Une âme immortelle… et transgenre ?

Platon croyait à l’immortalité de l’âme et à la réincarnation, que l’âme humaine était asexuée et pouvait changer de genre entre deux vies. En fait dans la vision platonicienne, l’âme à travers ses vies terrestres doit devenir meilleure, être de plus en plus vertueuse pour enfin accéder au monde céleste (une sorte de paradis) et achever son cycle de réincarnations.

Ainsi si une vie sur deux nous sommes une femme donc qu’une fois sur deux nous avons le droit d’acquérir de la connaissance, d’être formé correctement, d’avoir une bonne éducation nous n’allons pas accéder très vite au monde céleste. Il sera donc bénéfique aux hommes comme aux femmes que les femmes puissent recevoir une bonne éducation et s’épanouir dans le domaine pour lequel elles se révèlent douées par nature. En conséquence, les femmes devraient avoir un accès égal à l’éducation et la politique.

De la même façon que l’on nous dit aujourd’hui qui le féminisme est profitable aux hommes comme aux femmes, Platon suggère que l’éducation et l’élargissement des droits des femmes seront bénéfiques à toute la cité.

7 : Le réel objectif de Platon

L’objectif de Platon est d’attribuer à chacun le métier pour lequel il est le plus doué par nature, de façon à optimiser et élever la cité. D’en faire la cité la plus droite et juste possible. Platon ne pense qu’aux besoins de la cité et non spécifiquement au bonheur des femmes !

Les femmes ont la possibilité de faire le même métier que les hommes mais ne peuvent pas faire le métier qu’elles souhaitent. Les hommes non plus d’ailleurs. En fait personne n’est libre de choisir son métier. Dans la cité on ne fait pas l’activité qui nous plaît le plus mais bien celle pour laquelle nous sommes le plus habile. Dans la cité idéale, personne n’a vraiment le droit de faire autre chose qu’exercer ce pour quoi il est le plus apte par nature. Niveau liberté, ce n’est pas incroyable. Ça ne semble pas très en accord avec le fait de prôner une liberté des femmes comme le fait le féminisme actuel. Mais en tout cas, il ne fait pas de différence au niveau des lois entre hommes et femmes.

Ce qu’il faut bien comprendre est que l’idée n’est absolument pas la même, quand aujourd’hui tout est vu d’un œil individualiste où le bonheur de chacun prime sur le collectif, dans la république de Platon, c’est carrément l’inverse. Le but est de se soumettre au collectif, aux hiérarchies pour être le plus utile possible à la cité. Tout le monde fait son métier et voilà, pas le droit de changer, de faire autre chose, il faut être le plus efficace possible pour la cité. Notre approche individualiste de la société n’est que très récente, il faut bien le garder en tête. Platon pensait selon un tout, il avait une vision holiste alors que nous pensons selon chaque individu.

Il serait donc absurde de décrire Platon comme féministe, il ne se bat pas pour la cause féminine, il se bat pour une cité idéale. Si les femmes obtiennent plus de droits, devoirs et libertés, ce n’est que par accident. Platon aurait très bien pu décider que la cité idéale était une cité avec les femmes au foyer. Le bonheur des femmes ne l’intéressait pas particulièrement.

Conclusion / Ce qu’il faut retenir

La pensée de Platon sur les femmes reste impressionnante par rapport à ce qu’était la place des femmes à Athènes à son époque.

Il pense que les femmes :

  • Ont le même potentiel que les hommes.
  • Peuvent exercer les mêmes métiers que les hommes .
  • Doivent être égales devant la loi.
  • Doivent être éduquées de la même façon.
  • Doivent être célébrés de la même façon.

Mais pense aussi que :

  • Certaines qualités sont par nature masculines et d’autres féminines.
  • Les femmes sont des êtres plus faibles que les hommes.
  • Platon n’a pas pour objectif premier la liberté et le bonheur des femmes.

Globalement Platon par rapport à son époque paraît féministe mais il ne fait pas cela dans la même optique que celle que suit le féminisme et nos sociétés actuelles, les objectifs ne sont pas du tout les mêmes, il faut le garder à l’esprit. Le féminisme défend l’égalité hommes-femmes et la liberté des femmes, Platon souhaite mettre en place des règles et lois pour la cité qui pourraient découler du féminisme mais qui ne sont communes que par accident.

PLATON N’EST DONC PAS FEMINISTE.

Après tout, peut-être que Platon faisait ça pour plaire aux femmes mais je ne crois pas. Et si c’est le cas ça n’a pas marché, pour l’anecdote, il fut célibataire toute sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *